1 Le siège toute une histoire

Dans   le   secteur   tertiaire,   on   rencontre   toutes   les   fonctions   (secrétaire, opérateur,   opératrice,   cadre,   direction),   toutes   les   classes   d'âge   et   une importante     présence     féminine...     A     cela     s'ajoute     de     nos     jours l'obligation    d'intégrer    les    personnes    présentant    un    handicap.    Ceci implique   des   exigences   en   terme   de   confort,   de   prévention,   et   de santé   du   fait   d'une   assise   passive   de   longue   durée   (on   est   assis   en moyenne   1500   heures   par   an   au   travail)   sur   une   population   ayant   une grande     disparité     morphologique     et     physiologique.Cependant,     le mobilier   et   le   siège,   du   fait   qu'ils   ne   sont   pas   directement   productifs, sont    bien    souvent    les    derniers    éléments    à    remplacer    dans    l' entreprise.   Le   rapport   entre   l'homme   et   son   siège   est   complexe:   il   peut être social ou bien exprimer le bien-être et la santé.  

1.1 Le siège vu sous son aspect social :

  Bien   que   les   consciences   évoluent,   le   siège   est   rarement   considéré comme    un    outil    de    travail    dans    l'entreprise    et    ses    utilisateurs,    mais encore   trop   souvent   comme   un   objet   représentatif   d'une   fonction,   qu'il faudra   assortir   au   reste   du   mobilier   (esthétique,   finition,   choix   des   tissus et    des    coloris).    Dans    ce    cas    la    technicité    du    siège    n'est    pas déterminante.   On   pense   encore   que   tous   les   sièges   sont   semblables dans   leurs   réglages.   Lorsque   l'acheteur   de   l'entreprise   s'en   remet   aux fournisseurs,   son   seul   repère   est   de   se   rapporter   à   la   documentation technique    d'un    catalogue    ou    aux    conseils    des    fournisseurs.    Bien souvent   il   s'y   perd   car   les   termes   techniques   employés   selon   les   pays ou   les   fabricants   changent   pour   exprimer   une   même   fonction,   et   il   finit   par acheter   la   meillleure   remise.   Lorsque   le   personnel   peut   faire   son   choix,   en   général,   on   lui   confie   le   catalogue   du   fournisseur   habituel   de   la   société,   voire   d'autres catalogues.   La   personne   se   retrouve   seule   pour   faire   son   choix.   Si   il   semble   justifié   à   première   vue,   il   ne   correspond   peut-être   pas   à   ses   besoins   optimaux,   car   cette demande   est   souvent   fondée   sur   l'expérience,   le   vécu,   et   les   habitudes   d'assise   de   la   personne.   L'utilisateur   demande   un   siège   en   se   référant   à   un   existant,   avec   le souhait d'améliorer son confort. Le résultat souhaité n'est pas toujours au rendez-vous.

1.2 Le siège vu sous son aspect bien-être et santé:

  Le   siège   est   devenu   l'objet   le   plus   assimilé   au   mal   de   dos.   L'utilisateur   cherche   un   siège   qui   soulage   le   dos.   Fabricants,   vendeurs   sollicités   par   cette   demande   l'ont   bien compris.   Ces   dix   dernières   années   les   fabricants   on   accentué   leurs   efforts   en   terme   d'ergonomie,   de   simplification,   d'utilisation   et   d'options.   Quant   aux   vendeurs,   leurs discours vantent l'ergonomie, l'anatomie, le côté déstressant de leurs sièges. Le   siège   n'est   pas   un   mobilier   comme   les   autres.   C'est   un   véritable   outil   de   travail,   c'est   notre   premier   partenaire   de   travail   pour   le   meilleur   et   pour   le   pire.   Bien   choisi   et   bien utilisé   cet   allié   sera   bénéfique   sur   l'efficacité,   la   motivation,   le   confort,   la   santé   et   la   productivité.   S'il   n'est   pas   adapté   à   la   morphologie   de   l'utilisateur   et   à   son   activité,   ou   mal utilisé, il s'avérera un facteur d'inconfort, voire, de pathologie. Idéalement un siège, c'est comme une paire de chaussures, il faut procéder à un essayage préalable

2 Comment choisir son siège ?

2.1 Comment choisir son siège ?

  A) Des caractéristiques humaines :   Chaque être est unique, par conséquent il est important de connaître la nature et les possibilités physiques de l'utilisateur : - Age, sexe - Morphologie : qu'elle est la taille de l'utilisateur ? - Physiologie : état général de la personne - Pathologie : possibilité physique de la personne - Nature : aime-t-il bouger ? - Facteurs sociologiques : partage de sièges en commun.   B) Adapté à l'activité :   Chercher à connaître les besoins réels de l'utilisateur, l'environnement de travail. et sa fonction : - au bureau passe t'il beaucoup de temps à écrire, au clavier, à la souris, au téléphone, ou en entretien ? - devant un plan de travail technique (poste de tri, paillasse de labo…) quelles sont ses habitudes ? Temps : - travaille t'il à mi temps, à plein temps ou de nuit ? - est t'il assis constamment ?   C) Espace organisationnel :   -   quel   est   l'environnement   de   son   poste   de   travail   ?(   Lumière,   bruit, hygrométrie, couleurs) - qu'elle est la hauteur de son plan de travail ? - a t il à se déplacer régulièrement ?

2.2 Caractéristiques du siège :

  Pour   répondre   à   la   fois   à   la   nature   de   chaque   utilisateur   et   l'activité, le    siège    devra    intégrer    dans    son    fonctionnement    de    nombreux paramètres :   - Adapté à tout type de morphologie - Adapté au temps de travail. Réglage de la hauteur par lift à gaz - Siège mobile -    Utilisable    par    tous,    les    commandes    usuelles    étant    facilement accessibles en position assise. - Les réglages doivent être fiables -   Simple   d'utilisation   et   complet   pour   que   chaque   personne   puisse le régler à sa convenance - Matériaux de qualité et recyclables. - Notice d'emploi -   Parfois   il   est   nécessaire   qu'il   soit   évolutif,   c'est-à-dire   que   l'on puisse lui ajouter des accessoires.

2.3 Savoir utiliser son siège :

  La    tendance    actuelle    est    d'orienter    l'utilisateur    vers    des    sièges équipés    de    nombreux    réglages.    Cependant    pour    qu'ils    soient bénéfiques   il   faut   savoir   les   utiliser   et   les   adapter   non   seulement   à   sa morphologie    mais    également    faire    varier    les    réglages    selon    son activité.   Un   siège   bien   conçu   est   simple. Attention   à   ces   sièges   multi réglables   visant   à   améliorer   le   confort,   et   surtout   à   l'usage   qui   en   est fait.

2.4 Un siège adapté à l'âge

  La    population    active    vieillit,    il    est    donc    important    de    prendre    en compte     les     facteurs     physiologiques     et     morphologiques     de     ce phénomène.   Dès   la   cinquantaine   la   position   assise   statique   devient   plus   inconfortable.   Les   problèmes   de   circulation,   l'arthrose   de   la   hanche   ou   du   dos,   les   lombalgies, cervicalgies,   problèmes   de   l'épaule…toutes   ces   pathologies   et   effets   du   vieillissement   peuvent   créer   un   inconfort   en   position   assise   et   accentuer   la   pathologie   existante. L'évolution   morphologique   (prise   de   poids,   volume,   baisse   du   tonus   et   de   la   trophicité   musculaire,   difficulté   à   passer   de   la   position   assise   à   la   position   debout)   mérite   une attention   particulière   et   des   solutions   adaptées   :   accoudoirs   réglables   têtière   ajustable,   roulettes   autobloquantes,   assise   plus   large   et   plus   moelleuse(pour   l'inconfort   du aux pressions par hypotonie musculaire)

2.5 un siège adapté à un handicap moteur

  Il est important qu'une personne handicapée physique bénéficie d'un choix de siège commun à tous, pour deux raisons : - Faciliter son insertion sans générer de sentiment d'inégalité avec ses collègues. - Effacer sa différence vis-à-vis de son entourage par un poste de travail similaire à ceux que l'on trouve en entreprise. Le   large   éventail   de   sièges   proposés   aujourd'hui   par   les   fournisseurs   permet   bien   souvent   de   trouver   un   siège,   d'aspect   standard   équipé   de   réglages   et   d'options appropriées confortables et bénéfique pour tous, préventif, et répondant à une aide efficace pour de nombreux cas de handicaps physiques. Dans le cas de handicap lourd, il sera parfois nécessaire d'équiper la personne d'un siège très technique, voire prothésique.

3 Le choix du siège vu sous l’angle de l’ergodynamie

A   la   question   pourquoi   avez-vous   mal   au   dos   ?   La   réponse   communément   admise   par   l'utilisateur   est   :J'ai   un   mauvais   siège,   je   suis   mal   assis   je   me   tiens   mal,   mon poste de travail n'est pas adapté Et pourtant j'essaie de me tenir bien calé au fond de mon siège L'utilisateur   qui   a   mal   au   dos,   pense   dos,   recherche   la   solution   qui   va   soulager   son   dos.   Sa   demande   ou   celle   formulée   par   un   spécialiste   se   résume   généralement ainsi   :   il   me   faut   un   siège   avec   un   bon   soutien,   un   dossier   haut,   un   appui   tête,   et   des   accoudoirs.   Mais   à   y   regarder   de   plus   prêt   on   s'aperçoit   que   seulement   5   %   du poids   du   corps   repose   sur   le   support   dorsal   et   uniquement   lorsque   le   corps   est   appuyé   en   arrière   alors   que   90%du   poids   repose   sur   l'assise   qui   détermine   la   position du corps (ref.A C Mandal) La   réponse   recherchée   ne   serait   donc   pas   la   bonne   ?   Si   nous   laissions   notre   dos   tranquille.   Il   est   déjà   pourvu   de   12   paires   de   côtes   rattachées   aux   vertèbres   dorsales pour se maintenir. Arrêtons de le rendre responsable de tous nos malheurs. Encore   faut   il   se   poser   les   bonnes   questions   pour   obtenir   les   bonnes   réponses.   Les   bonnes   questions   sont   généralement   formulées   par   l'utilisateur   :   j'ai   un   mauvais siège,   je   suis   mal   assis,   je   me   tiens   mal,   et   mon   poste   de   travail   n'est   pas   adapté,   voila   de   bonnes   raisons   pour   faire   souffrir   sa   colonne   vertébral,   mais   l'utilisateur   reste persuadé   que   si   on   ne   s'occupe   pas   de   son   dos,   si   on   ne   lui   conseille   pas   un   siège   avec   un   bon   soutien,   un   dossier   haut   ,   et   éventuellement   des   accoudoirs   et   une têtière réglable pour être bien équipé, on n'a pas répondu à sa demande.

3.1 Choix du dossier

Certes   le   choix   du   dossier   est   primordial   lorsque   l'on   prend   du   recul   par   rapport   au   travail   de   bureau,   ou   pendant   le   repas,   pour   se   laisser   porter,   pour   discuter,   écouter, se   détendre   ;   mais   en   aucun   cas   nécessaire   lorsque   l'on   est   à   son   plan   de   travail,   ou   à   table.   Par   contre   il   n'est   pas   interdit   de   poser   les   coudes   sur   le   plateau,   cela   est même   vivement   recommandé,   les   coudes   servant   de   point   d'appui   pour   maintenir   la   colonne   vertébrale   vers   le   haut.   Seules   les   personnes   présentant   une   pathoogie dorsale peuvent avoir besoin d'un contact permanent au dossier. Exemples de dossiers : - Dossier à contact permanent : Le dossier s'incline pour accompagner les mouvements de votre dos et le maintenir bien droit. - Système synchrone : Mouvement coordonné de l'assise et du dossier pour obtenir le meilleur angle ergonomique. - Système basculant centré : L'ensemble du siège bascule d'avant en arrière. - Système basculant décentré : Permet de garder une position des pieds au sol pour une meilleure circulation sanguine.

3.2 Choix de l'assise :

De   la   position   d'assise   statique   à   angle   droit   à   la   position   assise   dynamique   Le   mode   de   vie   de   l'homo   sedans   «   mode   du   moindre   effort   »   ne   répond   pas   à   ses   besoins physiologiques   de   mouvement   et   de   l'effort   indispensable   pour   entretenir   le   système   cardiaque,   la   trophycité   musculaire,   la   souplesse   articulaire   et   la   fonction   d'équilibre. Ce   n'est   pas   en   «   consommant   »   de   plus   en   plus   de   sport   loisir   ou   l'on   fait   des   efforts   sur   de   courtes   durées,   parfois   intenses,   qu'on   entretient   sa   force   musculaire, l'entretien   se   fait   au   quotidien.   Notre   colonne   vertébrale   a   été   conçue   pour   être   érigée   et   pour   le   mouvement.   La   position   assise   statique   n'est   donc   pas   une   position physiologique   naturelle   pour   l'homme,   cependant   notre   mode   de   vie   nous   contraint   à   rester   assis   de   longues   heures   dos   droit   sur   un   siège   fixe   ou   sur   un   siège   réglable bien souvent mal ajusté. On ne peut tenir ainsi une telle position.
A : Position d'assise rigide à angle droit ou fermé Si   le   siège   est   statique   on   doit   adopter   des   positions   de   compensation   pour   améliorer   notre confort.   L'utilisateur   est   à   la   recherche   perpétuelle   d'une   position   agréable.   Une   telle   position demande   trop   d'effort   pour   être   maintenue.   Les   courbures   de   la   colonne   vertébrale   s'effacent. Le   basculement   du   bassin   vers   l'arrière   met   la   région   lombaire   en   position   de   cyphose   (dos rond)   imposant   ainsi   des   contraintes   discales   en   avant   (   la   pression   inter-   discales   en   position assise   (dos   droit   ou   dos   avachi   )   est   de   40   à   70   %   plus   importante   qu'en   position   debout).   La posture    assise    à    angle    droit    ou    avachi    a    également    une    action    contraignante    sur    les ligaments, muscles, tendons, et bloque le système respiratoire, circulatoire, et digestif.   B : Position d'assise dynamique à angle ouvert La   majorité   des   enfants   découvrent   très   vite   combien   il   est   facile   de   s'asseoir   sur   une   chaise lorsqu'ils   peuvent   l'incliner   vers   l'avant,   pour   travailler   ou   manger.   En   adoptant   cette   position, ils   évitent   de   courber   le   dos   et   peuvent   bouger   plus   librement   qu'en   étant   assis   «   correctement »,   avec   les   quatre   pieds   de   la   chaise   reposant   au   sol.   Cette   position   est   exactement   la   même que   celle   du   cavalier,   libérant   ainsi   le   bas   du   dos,   la   colonne   vertébrale   se   redéploye.   Jusqu'à 1,60m,   afin   d'avoir   les   pieds   au   sol,   et   éviter   de   trop   plier   le   dos,   de   nombreuses   personnes s'assoient   sur   le   bord   de   la   chaise   (les   cuissest   forment   alors   un   angle   de   100   à   120°   )   et libérent ainsi le bas du dos.
Beaucoups   de   personnes   croient   que   l'articulation   de   la   hanche se    plie    à    angle    droit    lorsque    l'on    s'assied    sur    une    chaise ordinaire.   En   réalité   ce   n'est   pas   aussi   simple:   la   flexion   de   la hanche    est    de    60°    et    les    30°    restants    proviennent    de    la disparition de la courbure lombaire.   La   courbure   lombaire   de   30°   se   produit   au   niveau   des   3éme, 4éme    et    5éme    disques    lombaires,    les    autres    parties    de    la colonne   étant   moins   flexibles   de   plus   une   tension   importante s'exerce     au     niveau     des     muscles,     desarticulations,     et     des ligaments.[réf: L'homme assis AC. Mandal]   Les 6 types d'assises permenttent d'obtenir un angle ouvert: L'assise en forme de selle L'assise synchrone L'assise flottante (à bascule dynamique) L'assis genoux (tibiale) Le siège ballon Le shoggi
Si   La   position   d'assise   idéale   n'existe   pas   on   peut   cependant   affirmer   que   certaines   positions   sont   plus   favorables   que d'autres.   Le   principe   de   l'assise   dynamique   à   angle   ouvert   (   l'angle   tonc-cuisse   recommandé   est   de   100   à   120   °)   est   de pouvoir   restituer   cette   forme   en   S   de   la   colonne   vertébrale,   et   de   faciliter   la   circulation   sanguine,   la   respiration,   et   la digestion. Une attention toute particulière doit donc être apportée au choix de l'assise du siège.   Les   marathoniens   »   de   la   position   assise   ont   le   choix   entre   réduire   leurs   heures   de   position   assise   ou   utiliser   des   sièges   qui offrent des possibilités de mouvement, de variation et un plan de travail fonctionnel et réglable.

Assis

Mobilier Ergonomique et Dynamique
Philosophie    Ergodynamie    Mobilité    Assis    Literies    Oreillers

1 Le siège toute une histoire

Dans    le    secteur    tertiaire,    on    rencontre    toutes    les    fonctions    (secrétaire, opérateur,    opératrice,    cadre,    direction),    toutes    les    classes    d'âge    et    une importante    présence    féminine...    A    cela    s'ajoute    de    nos    jours    l'obligation d'intégrer   les   personnes   présentant   un   handicap.   Ceci   implique   des   exigences en   terme   de   confort,   de   prévention,   et   de   santé   du   fait   d'une   assise   passive   de longue   durée   (on   est   assis   en   moyenne   1500   heures   par   an   au   travail)   sur   une population         ayant         une         grande         disparité         morphologique         et physiologique.Cependant,   le   mobilier   et   le   siège,   du   fait   qu'ils   ne   sont   pas directement   productifs,   sont   bien   souvent   les   derniers   éléments   à   remplacer dans   l'   entreprise.   Le   rapport   entre   l'homme   et   son   siège   est   complexe:   il   peut être social ou bien exprimer le bien-être et la santé.  

1.1 Le siège vu sous son aspect social :

  Bien   que   les   consciences   évoluent,   le   siège   est   rarement   considéré   comme   un outil   de   travail   dans   l'entreprise   et   ses   utilisateurs,   mais   encore   trop   souvent comme   un   objet   représentatif   d'une   fonction,   qu'il   faudra   assortir   au   reste   du mobilier   (esthétique,   finition,   choix   des   tissus   et   des   coloris).   Dans   ce   cas   la technicité   du   siège   n'est   pas   déterminante.   On   pense   encore   que   tous   les sièges sont semblables dans leurs réglages. Lorsque   l'acheteur   de   l'entreprise   s'en   remet   aux   fournisseurs,   son   seul   repère est    de    se    rapporter    à    la    documentation    technique    d'un    catalogue    ou    aux conseils des fournisseurs. Bien   souvent   il   s'y   perd   car   les   termes   techniques   employés   selon   les   pays   ou les   fabricants   changent   pour   exprimer   une   même   fonction,   et   il   finit   par   acheter la   meillleure   remise.   Lorsque   le   personnel   peut   faire   son   choix,   en   général,   on lui   confie   le   catalogue   du   fournisseur   habituel   de   la   société,   voire   d'autres catalogues. La   personne   se   retrouve   seule   pour   faire   son   choix.   Si   il   semble   justifié   à première   vue,   il   ne   correspond   peut-être   pas   à   ses   besoins   optimaux,   car   cette demande    est    souvent    fondée    sur    l'expérience,    le    vécu,    et    les    habitudes d'assise   de   la   personne.   L'utilisateur   demande   un   siège   en   se   référant   à   un existant,   avec   le   souhait   d'améliorer   son   confort.   Le   résultat   souhaité   n'est   pas toujours au rendez-vous.

1.2 Le siège vu sous son aspect bien-être et santé:

  Le   siège   est   devenu   l'objet   le   plus   assimilé   au   mal   de   dos.   L'utilisateur   cherche un   siège   qui   soulage   le   dos.   Fabricants,   vendeurs   sollicités   par   cette   demande l'ont   bien   compris.   Ces   dix   dernières   années   les   fabricants   on   accentué   leurs efforts   en   terme   d'ergonomie,   de   simplification,   d'utilisation   et   d'options.   Quant aux     vendeurs,     leurs     discours     vantent     l'ergonomie,     l'anatomie,     le     côté déstressant de leurs sièges. Le   siège   n'est   pas   un   mobilier   comme   les   autres.   C'est   un   véritable   outil   de travail,   c'est   notre   premier   partenaire   de   travail   pour   le   meilleur   et   pour   le   pire. Bien   choisi   et   bien   utilisé   cet   allié   sera   bénéfique   sur   l'efficacité,   la   motivation, le   confort,   la   santé   et   la   productivité.   S'il   n'est   pas   adapté   à   la   morphologie   de l'utilisateur   et   à   son   activité,   ou   mal   utilisé,   il   s'avérera   un   facteur   d'inconfort, voire, de pathologie. Idéalement   un   siège,   c'est   comme   une   paire   de   chaussures,   il   faut   procéder   à un essayage préalable

2 Comment choisir son siège ?

2.1 Comment choisir son siège ?

  A) Des caractéristiques humaines :   Chaque   être   est   unique,   par   conséquent   il   est   important   de   connaître   la   nature et les possibilités physiques de l'utilisateur : - Age, sexe - Morphologie : qu'elle est la taille de l'utilisateur ? - Physiologie : état général de la personne - Pathologie : possibilité physique de la personne - Nature : aime-t-il bouger ? - Facteurs sociologiques : partage de sièges en commun.   B) Adapté à l'activité :   Chercher    à    connaître    les    besoins    réels    de    l'utilisateur,    l'environnement    de travail. et sa fonction : -   au   bureau   passe   t'il   beaucoup   de   temps   à   écrire,   au   clavier,   à   la   souris,   au téléphone, ou en entretien ? -   devant   un   plan   de   travail   technique   (poste   de   tri,   paillasse   de   labo…)   quelles sont ses habitudes ? Temps : - travaille t'il à mi temps, à plein temps ou de nuit ? - est t'il assis constamment ?   C) Espace organisationnel :   -    quel    est    l'environnement    de    son    poste    de    travail    ?(    Lumière,    bruit, hygrométrie, couleurs) - qu'elle est la hauteur de son plan de travail ? - a t il à se déplacer régulièrement ?

2.2 Caractéristiques du siège :

  Pour   répondre   à   la   fois   à   la   nature   de   chaque   utilisateur   et   l'activité,   le   siège devra intégrer dans son fonctionnement de nombreux paramètres :   - Adapté à tout type de morphologie - Adapté au temps de travail. Réglage de la hauteur par lift à gaz - Siège mobile -   Utilisable   par   tous,   les   commandes   usuelles   étant   facilement   accessibles   en position assise. - Les réglages doivent être fiables -   Simple   d'utilisation   et   complet   pour   que   chaque   personne   puisse   le   régler   à sa convenance - Matériaux de qualité et recyclables. - Notice d'emploi -   Parfois   il   est   nécessaire   qu'il   soit   évolutif,   c'est-à-dire   que   l'on   puisse   lui ajouter des accessoires.

2.3 Savoir utiliser son siège :

  La   tendance   actuelle   est   d'orienter   l'utilisateur   vers   des   sièges   équipés   de nombreux   réglages.   Cependant   pour   qu'ils   soient   bénéfiques   il   faut   savoir   les utiliser   et   les   adapter   non   seulement   à   sa   morphologie   mais   également   faire varier    les    réglages    selon    son    activité.    Un    siège    bien    conçu    est    simple. Attention   à   ces   sièges   multi   réglables   visant   à   améliorer   le   confort,   et   surtout   à l'usage qui en est fait.

2.4 Un siège adapté à l'âge

  La   population   active   vieillit,   il   est   donc   important   de   prendre   en   compte   les facteurs     physiologiques     et     morphologiques     de     ce     phénomène.     Dès     la cinquantaine    la    position    assise    statique    devient    plus    inconfortable.    Les problèmes   de   circulation,   l'arthrose   de   la   hanche   ou   du   dos,   les   lombalgies, cervicalgies,    problèmes    de    l'épaule…toutes    ces    pathologies    et    effets    du vieillissement   peuvent   créer   un   inconfort   en   position   assise   et   accentuer   la pathologie existante. L'évolution   morphologique   (prise   de   poids,   volume,   baisse   du   tonus   et   de   la trophicité   musculaire,   difficulté   à   passer   de   la   position   assise   à   la   position debout)   mérite   une   attention   particulière   et   des   solutions   adaptées   :   accoudoirs réglables   têtière   ajustable,   roulettes   autobloquantes,   assise   plus   large   et   plus moelleuse(pour l'inconfort du aux pressions par hypotonie musculaire)

2.5 un siège adapté à un handicap moteur

  Il   est   important   qu'une   personne   handicapée   physique   bénéficie   d'un   choix   de siège commun à tous, pour deux raisons : -    Faciliter    son    insertion    sans    générer    de    sentiment    d'inégalité    avec    ses collègues. -   Effacer   sa   différence   vis-à-vis   de   son   entourage   par   un   poste   de   travail similaire à ceux que l'on trouve en entreprise. Le   large   éventail   de   sièges   proposés   aujourd'hui   par   les   fournisseurs   permet bien   souvent   de   trouver   un   siège,   d'aspect   standard   équipé   de   réglages   et d'options    appropriées    confortables    et    bénéfique    pour    tous,    préventif,    et répondant à une aide efficace pour de nombreux cas de handicaps physiques. Dans   le   cas   de   handicap   lourd,   il   sera   parfois   nécessaire   d'équiper   la   personne d'un siège très technique, voire prothésique.

3 Le choix du siège vu sous l’angle de l’ergodynamie

A   la   question   pourquoi   avez-vous   mal   au   dos   ?   La   réponse   communément admise   par   l'utilisateur   est   :J'ai   un   mauvais   siège,   je   suis   mal   assis   je   me   tiens mal,   mon   poste   de   travail   n'est   pas   adapté   Et   pourtant   j'essaie   de   me   tenir bien calé au fond de mon siège L'utilisateur   qui   a   mal   au   dos,   pense   dos,   recherche   la   solution   qui   va   soulager son    dos.    Sa    demande    ou    celle    formulée    par    un    spécialiste    se    résume généralement   ainsi   :   il   me   faut   un   siège   avec   un   bon   soutien,   un   dossier   haut, un appui tête, et des accoudoirs. Mais   à   y   regarder   de   plus   prêt   on   s'aperçoit   que   seulement   5   %   du   poids   du corps   repose   sur   le   support   dorsal   et   uniquement   lorsque   le   corps   est   appuyé en   arrière   alors   que   90%du   poids   repose   sur   l'assise   qui   détermine   la   position du corps (ref.A C Mandal) La   réponse   recherchée   ne   serait   donc   pas   la   bonne   ?   Si   nous   laissions   notre dos    tranquille.    Il    est    déjà    pourvu    de    12    paires    de    côtes    rattachées    aux vertèbres   dorsales   pour   se   maintenir.   Arrêtons   de   le   rendre   responsable   de tous nos malheurs. Encore    faut    il    se    poser    les    bonnes    questions    pour    obtenir    les    bonnes réponses.   Les   bonnes   questions   sont   généralement   formulées   par   l'utilisateur   : j'ai   un   mauvais   siège,   je   suis   mal   assis,   je   me   tiens   mal,   et   mon   poste   de travail   n'est   pas   adapté,   voila   de   bonnes   raisons   pour   faire   souffrir   sa   colonne vertébral,   mais   l'utilisateur   reste   persuadé   que   si   on   ne   s'occupe   pas   de   son dos,   si   on   ne   lui   conseille   pas   un   siège   avec   un   bon   soutien,   un   dossier   haut   , et   éventuellement   des   accoudoirs   et   une   têtière   réglable   pour   être   bien   équipé, on n'a pas répondu à sa demande.

3.1 Choix du dossier

Certes   le   choix   du   dossier   est   primordial   lorsque   l'on   prend   du   recul   par   rapport au   travail   de   bureau,   ou   pendant   le   repas,   pour   se   laisser   porter,   pour   discuter, écouter,   se   détendre   ;   mais   en   aucun   cas   nécessaire   lorsque   l'on   est   à   son plan   de   travail,   ou   à   table.   Par   contre   il   n'est   pas   interdit   de   poser   les   coudes sur   le   plateau,   cela   est   même   vivement   recommandé,   les   coudes   servant   de point   d'appui   pour   maintenir   la   colonne   vertébrale   vers   le   haut.   Seules   les personnes   présentant   une   pathoogie   dorsale   peuvent   avoir   besoin   d'un   contact permanent au dossier. Exemples de dossiers : -   Dossier   à   contact   permanent   :   Le   dossier   s'incline   pour   accompagner   les mouvements de votre dos et le maintenir bien droit. -   Système   synchrone   :   Mouvement   coordonné   de   l'assise   et   du   dossier   pour obtenir le meilleur angle ergonomique. - Système basculant centré : L'ensemble du siège bascule d'avant en arrière. -   Système   basculant   décentré   :   Permet   de   garder   une   position   des   pieds   au   sol pour une meilleure circulation sanguine.

3.2 Choix de l'assise :

De   la   position   d'assise   statique   à   angle   droit   à   la   position   assise   dynamique   Le mode   de   vie   de   l'homo   sedans   «   mode   du   moindre   effort   »   ne   répond   pas   à   ses besoins    physiologiques    de    mouvement    et    de    l'effort    indispensable    pour entretenir    le    système    cardiaque,    la    trophycité    musculaire,    la    souplesse articulaire et la fonction d'équilibre. Ce   n'est   pas   en   «   consommant   »   de   plus   en   plus   de   sport   loisir   ou   l'on   fait   des efforts    sur    de    courtes    durées,    parfois    intenses,    qu'on    entretient    sa    force musculaire, l'entretien se fait au quotidien. Notre   colonne   vertébrale   a   été   conçue   pour   être   érigée   et   pour   le   mouvement. La   position   assise   statique   n'est   donc   pas   une   position   physiologique   naturelle pour   l'homme,   cependant   notre   mode   de   vie   nous   contraint   à   rester   assis   de longues   heures   dos   droit   sur   un   siège   fixe   ou   sur   un   siège   réglable   bien souvent mal ajusté. On ne peut tenir ainsi une telle position.
A : Position d'assise rigide à angle droit ou fermé Si   le   siège   est   statique   on   doit   adopter   des   positions   de   compensation   pour améliorer    notre    confort.    L'utilisateur    est    à    la    recherche    perpétuelle    d'une position     agréable.     Une     telle     position     demande     trop     d'effort     pour     être maintenue.   Les   courbures   de   la   colonne   vertébrale   s'effacent.   Le   basculement du   bassin   vers   l'arrière   met   la   région   lombaire   en   position   de   cyphose   (dos rond)   imposant   ainsi   des   contraintes   discales   en   avant   (   la   pression   inter- discales   en   position   assise   (dos   droit   ou   dos   avachi   )   est   de   40   à   70   %   plus importante   qu'en   position   debout).   La   posture   assise   à   angle   droit   ou   avachi   a également   une   action   contraignante   sur   les   ligaments,   muscles,   tendons,   et bloque le système respiratoire, circulatoire, et digestif.   B : Position d'assise dynamique à angle ouvert La   majorité   des   enfants   découvrent   très   vite   combien   il   est   facile   de   s'asseoir sur    une    chaise    lorsqu'ils    peuvent    l'incliner    vers    l'avant,    pour    travailler    ou manger.   En   adoptant   cette   position,   ils   évitent   de   courber   le   dos   et   peuvent bouger   plus   librement   qu'en   étant   assis   «   correctement   »,   avec   les   quatre pieds   de   la   chaise   reposant   au   sol.   Cette   position   est   exactement   la   même   que celle    du    cavalier,    libérant    ainsi    le    bas    du    dos,    la    colonne    vertébrale    se redéploye.   Jusqu'à   1,60m,   afin   d'avoir   les   pieds   au   sol,   et   éviter   de   trop   plier   le dos,    de    nombreuses    personnes    s'assoient    sur    le    bord    de    la    chaise    (les cuissest forment alors un angle de 100 à 120° ) et libérent ainsi le bas du dos.
Beaucoups   de   personnes   croient   que   l'articulation   de   la   hanche   se   plie   à angle   droit   lorsque   l'on   s'assied   sur   une   chaise   ordinaire.   En   réalité   ce n'est   pas   aussi   simple:   la   flexion   de   la   hanche   est   de   60°   et   les   30° restants proviennent de la disparition de la courbure lombaire.   La   courbure   lombaire   de   30°   se   produit   au   niveau   des   3éme,   4éme   et 5éme   disques   lombaires,   les   autres   parties   de   la   colonne   étant   moins flexibles   de   plus   une   tension   importante   s'exerce   au   niveau   des   muscles, desarticulations, et des ligaments.[réf: L'homme assis AC. Mandal]   Les 6 types d'assises permenttent d'obtenir un angle ouvert: L'assise en forme de selle L'assise synchrone L'assise flottante (à bascule dynamique) L'assis genoux (tibiale) Le siège ballon Le shoggi
Si    La    position    d'assise    idéale    n'existe    pas    on    peut cependant    affirmer    que    certaines    positions    sont    plus favorables      que      d'autres.      Le      principe      de      l'assise dynamique      à      angle      ouvert      (      l'angle      tonc-cuisse recommandé   est   de   100   à   120   °)   est   de   pouvoir   restituer cette   forme   en   S   de   la   colonne   vertébrale,   et   de   faciliter   la circulation   sanguine,   la   respiration,   et   la   digestion.   Une attention    toute    particulière    doit    donc    être    apportée    au choix de l'assise du siège.   Les   marathoniens   »   de   la   position   assise   ont   le   choix entre   réduire   leurs   heures   de   position   assise   ou   utiliser des   sièges   qui   offrent   des   possibilités   de   mouvement,   de variation et un plan de travail fonctionnel et réglable.

Assis

Mobilier Ergonomique et Dynamique
01 43 45 02 02