background head
entête
fond background Philosophie VEPI Menu Menu des Produits
Pendant   2   ou   3   millions   d'années,   l'homme   a   dû   lutter   pour chaque calorie Aujourd'hui,   nous   rechignons   à   faire   ce   pour   quoi   nous   sommes biologiquement       programmés.       Le       manque       d'exercice, symptomatique   de   notre   époque   est   une   réelle   menace   pour   la santé.      Le      squelette      d'un      nourrisson      est      en      grande partiecomposé   de   cartilages   mous   qui   s'ossifient   ensuite   au   fil du   temps.   Dans   le   développement   du   système   de   locomotion, l'activité   corporelle   joue   un   rôle   prépondérant.   A   quatre   pattes, un   bébé   peut   parcourir   187   mètres   par   jour.   Dès   qu'ils   savent marcher,   les   bambins   font   jusqu'à   9000   pas   dans   la   journée.   La position   debout   étire   la   colonne   vertébrale,   et   c'est   vers   l'âge   de 5    ans    que    se    forme    la    courbure    caractéristique    de    l'épine dorsale   en   forme   de   S.   En   parallèle   se   développent   les   muscles, qui   maintiennent   le   squelette   et   procurent   l'assurance   dans   la motricité.     Les     enfants     "mettent     en     mémoire"     tous     les mouvements   à   accomplir   en   constituant   une   sorte   de   répertoire qu'ils   peuvent   activer   à   tout   moment.   C'est   aussi   la   raison   pour laquelle   il   est   déconseillé   de   réfreiner   l'envie   naturelle   de   courir et de bouger chez les jeunes enfants.

Apprendre à rester assis

C'est   pourtant   la   règle   dans   nos   sociétés:   dès   la   maternelle   et   le   jardin   d'enfant,   on   apprend   à l'enfant   à   rester   sur   sa   chaise   en   silence. A   l'école   primaire   et   plus   tard,   les   enfants   passent   une grande   partie   de   la   journée   assis.   Même   dans   leur   temps   libre,   ils   manquent   d'espaces   pour   se livrer    à    des    jeux    spontanés,    sans    compter    la    télévision    et    l'ordinateur    qui    favorisent    le sédentarisme    et    l'inaction.    Klaus    Bös,    de    l'Université    de    Karlsruhe,    pense    que    "nous désapprenons   à   nos   enfants   à   bouger".   Avec   son   équipe,   il   a   démontré   les   conséquences   de cette   évolution   dans   de   nombreuses   études   :   autrefois,   les   élèves   de   primaire   devaient   par exemple   savoir   rester   sur   une   jambe   pendant   une   minute. Aujourd'hui,   entre   6   et   10   ans,   seuls 4   enfants   sur   10   en   sont   capables.   Reculer   sur   une   ligne   en   gardant   l'équilibre   ou   toucher   le   sol avec   les   mains   en   gardant   les   jambes   tendues,   de   nos   jours,   ce   n'est   plus   une   évidence. Constat   consternant,   car   la   musculature,   si   elle   sert   à   se   mouvoir,   brûle   aussi   le   plus   de graisses   et   de   sucres.   D'où   la   recommandation,   pour   les   enfants   et   les   ados   en   surpoids,   plus encore   que   pour   les   autres,   de   faire   régulièrement   de   l'exercice   en   plus   des   changements nécessaires   au   niveau   de   leur   alimentation.   Cela   dit,   toute   pédagogie   n'est   pas   forcément "sédentariste"   :   en Allemagne,   dans   les   "Waldkindergärten"   (jardins   d'enfants   en   forêt),   on   incite les   enfants   à   se   défouler   en   pleine   nature.   D'autres   initiatives,   comme   le   "pédobus",   le   "bus   de ramassage   à   pied",   méthode   adoptée   par   la   préfecture   de   Rome,   procurent   aux   enfants   un minimum   d'exercice   physique   régulier.   Dans   les   écoles,   les   mentalités   commencent   à   changer   : des   décennies   durant,   ceux   qui   avaient   la   bougeotte   étaient   "mis   au   coin".   Or,   des   mouvements tout   simples   pendant   les   heures   de   cours   aident   au   contraire   à   faire   le   plein   d'énergie.   Dans   la "bewegte    Schüle"    (l'école    en    mouvement)    à    Bonn    en   Allemagne,    on    a    même    inscrit    au programme   "   Mouvement   libre"   et   "Lutte   et   défoulement".   Et   toute   cette   activité   du   corps   ne profite    pas    qu'à    la    musculature    :    s'activer    en    groupe    accroît    la    compétence    sociale    et    la capacité   de   concentration,   sans   compter   que   les   sports   d'équipes   et   leurs   règles   permettent   de canaliser l'agressivité.

En forme vers la centaine

Les   personnes   âgées   tirent,   elles   aussi,   le   plus   grand   bienfait   de   l'activité   physique.   La   croyance   selon   laquelle   le   mal   de   dos   arrive   un   jour ou   l'autre   en   vieillissant   s'est   révélée   fausse. Avec   l'âge,   les   tissus   absorbent   moins   de   liquide,   l'anneau   fibreux   des   disques   intervertébraux s'affaisse   et   résiste   moins   bien   à   la   pression.   Il   est   donc   d'autant   plus   recommandé   aux   personnes   âgées   de   maintenir   leur   tonus musculaire   et   leur   mobilité   pour   rester   autonomes   dans   leur   vie   quotidienne,   éviter   les   chutes   et   les   fractures,   sans   oublier   le   bien-être physique   que   cela   procure.   En   revanche,   le   travail   corporel   intense   et   la   surcharge   pondérale   accélèrent   les   processus   d'usure,   et   à   ce sujet,   les   facteurs   génétiques   et   psychiques   jouent   un   rôle   encore   mal   connu.   Certes,   le   vieillissement   est   un   phénomène   dont   les   effets varient   beaucoup   d'une   personne   à   l'autre,   mais   une   chose   est   prouvée   :   l'activité   physique   sous   toutes   ses   formes   contribue   à   vivre intensément vraiment longtemps – jusqu'à un âge avancé.  

La méthode des 10.000 pas

Cela    étant,    l'école    ne    peut    que    donner    des    impulsions. C'est   l'exemple   donné   par   les   parents   qui   a   le   plus   de poids.   Des   études   le   montrent   :   si   les   parents   n'ont   pas conscience   de   la   nécessité   de   s'activer,   qu'ils   manquent   de motivation   et   de   moyens   financiers   pour   encourager   les enfants    à    faire    du    sport,    dans    la    plupart    des    cas,    ces derniers    auront    tendance    à    être    réfractaires    à    l'activité physique.   Les   statistiques   dressent   un   tableau   sombre   : dans   nos   sociétés,   seuls   10   %   des   gens   font   suffisamment d'exercice.   Beaucoup   n'ont   tout   simplement   pas   le   temps, en   plus   de   la   vie   professionnelle   et   familiale,   de   consacrer un   peu   de   leur   journée   à   une   activité   sportive.   Pourtant,   il n'est   pas   question   de   courir   un   marathon   !   Des   experts   ont établi   que   faire   10.000   pas   par   jour   est   le   moyen   le   plus efficace   pour   rester   longtemps   en   forme   et   en   bonne   santé. Pour   augmenter   sensiblement   l'activité   physique,   il   suffit d'aller   faire   ses   courses   à   pied,   de   prendre   les   escaliers plutôt   que   l'ascenseur,   de   faire   des   promenades   avec   le landau.   En   famille,   les   excursions   le   week-end   ou   autres balades   à   vélo   ou   à   pied   permettent   facilement   d'atteindre l'objectif     de     mobilité.     Si     en     plus,     on     s'équipe     d'un podomètre,   on   peut   contrôler   la   distance   parcourue   et   se motiver.

Au Commencement était le mouvement

La Mobilité Gage de Santé

Le meilleur des médicaments ?

Ces    10    dernières    années,    les    mentalités    ont    profondément changé,   en   médecine   comme   dans   d'autres   domaines.   On   le   sait depuis   longtemps,   la   bonne   forme   physique   permet   de   prévenir   la maladie.   Ce   qu'on   a   appris   récemment   en   revanche,   c'est   qu'un entraînement    ciblé    permet    aussi    d'accélérer    la    guérison.    Le professeur   Hambrecht,   médecin   chef   de   la   clinique   de   cardiologie de   Brême,   affirme   que   l'exercice   physique   "libère   un   nombre   plus important   de   cellules   souches,   ce   qui   accélère   les   processus   à l'œuvre   dans   la   réparation   des   vaisseaux   lésés". Aujourd'hui,   il   va même    jusqu'à    prescrire    à    ses    patients    atteints    d'insuffisance cardiaque   de   faire   de   l'exercice   (selon   un   dosage   précis)   le   plus tôt    possible    –    une    révolution    en    médecine    :    il    n'y    a    pas    si longtemps,    on    recommandait    à    ces    malades    de    solliciter    leur cœur le moins possible
background head
entête
Philosophie VEPI Menu
Pendant    2    ou    3    millions    d'années, l'homme    a    dû    lutter    pour    chaque calorie Aujourd'hui,   nous   rechignons   à   faire   ce pour   quoi   nous   sommes   biologiquement programmés.     Le     manque     d'exercice, symptomatique   de   notre   époque   est   une réelle     menace     pour     la     santé.     Le squelette   d'un   nourrisson   est   en   grande   partiecomposé   de   cartilages mous   qui   s'ossifient   ensuite   au   fil   du   temps.   Dans   le   développement   du système   de   locomotion,   l'activité   corporelle   joue   un   rôle   prépondérant. A quatre pattes, un bébé peut parcourir 187 mètres par jour. Dès   qu'ils   savent   marcher,   les   bambins   font   jusqu'à   9000   pas   dans   la journée.   La   position   debout   étire   la   colonne   vertébrale,   et   c'est   vers l'âge   de   5   ans   que   se   forme   la   courbure   caractéristique   de   l'épine dorsale   en   forme   de   S.   En   parallèle   se   développent   les   muscles,   qui maintiennent   le   squelette   et   procurent   l'assurance   dans   la   motricité.   Les enfants   "mettent   en   mémoire"   tous   les   mouvements   à   accomplir   en constituant   une   sorte   de   répertoire   qu'ils   peuvent   activer   à   tout   moment. C'est   aussi   la   raison   pour   laquelle   il   est   déconseillé   de   réfreiner   l'envie naturelle de courir et de bouger chez les jeunes enfants.

Apprendre à rester assis

C'est   pourtant   la   règle   dans   nos   sociétés:   dès   la   maternelle   et   le   jardin d'enfant,   on   apprend   à   l'enfant   à   rester   sur   sa   chaise   en   silence.   A l'école   primaire   et   plus   tard,   les   enfants   passent   une   grande   partie   de   la journée   assis.   Même   dans   leur   temps   libre,   ils   manquent   d'espaces pour   se   livrer   à   des   jeux   spontanés,   sans   compter   la   télévision   et l'ordinateur   qui   favorisent   le   sédentarisme   et   l'inaction.   Klaus   Bös,   de l'Université    de    Karlsruhe,    pense    que    "nous    désapprenons    à    nos enfants   à   bouger".   Avec   son   équipe,   il   a   démontré   les   conséquences de   cette   évolution   dans   de   nombreuses   études   :   autrefois,   les   élèves de   primaire   devaient   par   exemple   savoir   rester   sur   une   jambe   pendant une minute. Aujourd'hui,   entre   6   et   10   ans,   seuls   4   enfants   sur   10   en   sont   capables. Reculer   sur   une   ligne   en   gardant   l'équilibre   ou   toucher   le   sol   avec   les mains   en   gardant   les   jambes   tendues,   de   nos   jours,   ce   n'est   plus   une évidence.   Constat   consternant,   car   la   musculature,   si   elle   sert   à   se mouvoir,    brûle    aussi    le    plus    de    graisses    et    de    sucres.    D'où    la recommandation,   pour   les   enfants   et   les   ados   en   surpoids,   plus   encore que   pour   les   autres,   de   faire   régulièrement   de   l'exercice   en   plus   des changements nécessaires au niveau de leur alimentation. Cela    dit,    toute    pédagogie    n'est    pas    forcément    "sédentariste"    :    en Allemagne,   dans   les   "Waldkindergärten"   (jardins   d'enfants   en   forêt),   on incite   les   enfants   à   se   défouler   en   pleine   nature.   D'autres   initiatives, comme   le   "pédobus",   le   "bus   de   ramassage   à   pied",   méthode   adoptée par    la    préfecture    de    Rome,    procurent    aux    enfants    un    minimum d'exercice     physique     régulier.     Dans     les     écoles,     les     mentalités commencent   à   changer   :   des   décennies   durant,   ceux   qui   avaient   la bougeotte étaient "mis au coin". Or,   des   mouvements   tout   simples   pendant   les   heures   de   cours   aident au   contraire   à   faire   le   plein   d'énergie.   Dans   la   "bewegte   Schüle"   (l'école en    mouvement)    à    Bonn    en    Allemagne,    on    a    même    inscrit    au programme   "   Mouvement   libre"   et   "Lutte   et   défoulement".   Et   toute   cette activité    du    corps    ne    profite    pas    qu'à    la    musculature    :    s'activer    en groupe   accroît   la   compétence   sociale   et   la   capacité   de   concentration, sans   compter   que   les   sports   d'équipes   et   leurs   règles   permettent   de canaliser l'agressivité.

En forme vers la centaine

Les    personnes    âgées    tirent,    elles    aussi,    le    plus    grand    bienfait    de l'activité   physique.   La   croyance   selon   laquelle   le   mal   de   dos   arrive   un jour   ou   l'autre   en   vieillissant   s'est   révélée   fausse.   Avec   l'âge,   les   tissus absorbent      moins      de      liquide,      l'anneau      fibreux      des      disques intervertébraux   s'affaisse   et   résiste   moins   bien   à   la   pression.   Il   est   donc d'autant    plus    recommandé    aux    personnes    âgées    de    maintenir    leur tonus   musculaire   et   leur   mobilité   pour   rester   autonomes   dans   leur   vie quotidienne,   éviter   les   chutes   et   les   fractures,   sans   oublier   le   bien-être physique   que   cela   procure.   En   revanche,   le   travail   corporel   intense   et   la surcharge   pondérale   accélèrent   les   processus   d'usure,   et   à   ce   sujet,   les facteurs   génétiques   et   psychiques   jouent   un   rôle   encore   mal   connu. Certes,    le    vieillissement    est    un    phénomène    dont    les    effets    varient beaucoup    d'une    personne    à    l'autre,    mais    une    chose    est    prouvée    : l'activité   physique   sous   toutes   ses   formes   contribue   à   vivre   intensément vraiment longtemps – jusqu'à un âge avancé.  

La méthode des 10.000 pas

Cela   étant,   l'école   ne   peut   que   donner   des   impulsions.   C'est   l'exemple donné   par   les   parents   qui   a   le   plus   de   poids.   Des   études   le   montrent   :   si les   parents   n'ont   pas   conscience   de   la   nécessité   de   s'activer,   qu'ils manquent   de   motivation   et   de   moyens   financiers   pour   encourager   les enfants   à   faire   du   sport,   dans   la   plupart   des   cas,   ces   derniers   auront tendance à être réfractaires à l'activité physique. Les   statistiques   dressent   un   tableau   sombre   :   dans   nos   sociétés,   seuls 10    %    des    gens    font    suffisamment    d'exercice.    Beaucoup    n'ont    tout simplement   pas   le   temps,   en   plus   de   la   vie   professionnelle   et   familiale, de consacrer un peu de leur journée à une activité sportive. Pourtant,   il   n'est   pas   question   de   courir   un   marathon   !   Des   experts   ont établi   que   faire   10.000   pas   par   jour   est   le   moyen   le   plus   efficace   pour rester    longtemps    en    forme    et    en    bonne    santé.    Pour    augmenter sensiblement   l'activité   physique,   il   suffit   d'aller   faire   ses   courses   à   pied, de     prendre     les     escaliers     plutôt     que     l'ascenseur,     de     faire     des promenades avec le landau. En   famille,   les   excursions   le   week-end   ou   autres   balades   à   vélo   ou   à pied   permettent   facilement   d'atteindre   l'objectif   de   mobilité.   Si   en   plus, on   s'équipe   d'un   podomètre,   on   peut   contrôler   la   distance   parcourue   et se motiver.

Au Commencement était le mouvement

La Mobilité Gage de Santé

Le meilleur des médicaments ?

Ces   10   dernières   années,   les   mentalités   ont   profondément   changés,   en médecine   comme   dans   d'autres   domaines.   On   le   sait   depuis   longtemps, la   bonne   forme   physique   permet   de   prévenir   la   maladie.   Ce   qu'on   a appris   récemment   en   revanche,   c'est   qu'un   entraînement   ciblé   permet aussi d'accélérer la guérison. Le   professeur   Hambrecht,   médecin   chef   de   la   clinique   de   cardiologie   de Brême,   affirme   que   l'exercice   physique   "libère   un   nombre   plus   important de   cellules   souches,   ce   qui   accélère   les   processus   à   l'œuvre   dans   la réparation des vaisseaux lésés". Aujourd'hui,    il    va    même    jusqu'à    prescrire    à    ses    patients    atteints d'insuffisance   cardiaque   de   faire   de   l'exercice   (selon   un   dosage   précis) le    plus    tôt    possible    –    une    révolution    en    médecine    :    il    n'y    a    pas    si longtemps,   on   recommandait   à   ces   malades   de   solliciter   leur   cœur   le moins possible