background head
entête
fond background Philosophie VEPI Menu Menu des Produits

S'allonger pour tester

  Un   oreiller   ne   s'achète   pas   sur   une   vague sensation   du   toucher   de   la   main   et   encore moins   par   correspondance.   Il   faut   s'allonger, essayer   différents   modèles   sous   sa   tête,   et être   attentif   aux   signaux   qu'envoie   le   corps. Donc    attention,    l'oreiller    universel    n'existe pas.   Le   confort   apporté   par   un   oreiller   reste quelque chose de très personnel. Pour   l'ergodynamicien,   l'oreiller   remplit   trois grandes missions complémentaires : 1 Soutenir les    vertèbres    cervicales    en    accompagnant leurs courbures naturelles. 2 Maintenir la   nuque   et   plus   globalement,   participer   au maintien     de     l'ensemble     de     la     colonne vertébrale   conditionnant   l'équilibre   du   corps durant     la     nuit     (Cette     dynamique     étant assurée   par   les   chaussures   durant   le   jour).   Il participe   donc   à   décomprimer   la   colonne   et même   à   alléger   la   globalité   du   corps   durant le sommeil. 3 Apporter du confort lors   de   la   prise   en   main.   Un   oreiller   doux   et agréable     vous     mettra     dans     de     bonnes dispositions   pour   vous   glisser   dans   votre   lit. Un bon oreiller doit savoir se faire oublier. Du   point   de   vue   pratique,   il   s'avère   toujours profitable     de     se     poser     3     questions     au moment du choix d'un nouvel oreiller : - Quelle épaisseur ? - Quelle forme ? - Quelle matière ? Dans    l'absolu,    il    n'y    a    ni    bon    ni    mauvais oreiller.   C'est   une   fois   de   plus   à   son   propre corps   qu'il   faut   laisser   le   soin   de   décider.   Il s'agit   donc   d'un   choix   totalement   personnel, à    la    fois    objectif    et    subjectif    et    qui    doit échapper au piège du marketing…

Quelle épaisseur ?

  S'il   est   important   de   bien   choisir   la   forme   et   la   matière constitutive   de   son   oreiller,   le   choix   de   son   épaisseur s'avère    primordial.    Les    facteurs    à    prendre    en    compte sont   la   morphologie   de   l'utilisateur,   sa   position   préférée de   couchage   et   la   fermeté   de   la   literie.   Nombre   d'oreillers modernes   sont   en   réalité   beaucoup   trop   épais   et   peuvent entraîner   des   problèmes   de   ronflements.   Au   sein   des gammes   élaborées   avec   sérieux,   il   existe   généralement 4   épaisseurs   d'oreillers.   Cette   proposition   permettant   de faire   un   choix   plus   pertinent   correspondant   à   nos   propres besoins    :    Petit    modèle    (8    cm    d'épaisseur),    modèle moyen   (10   cm),   épais   (12   cm)   et   très   épais   (14   cm).   Ces deux   derniers   modèles   étant   plus   indiqués   pour   la   gent masculine.    Dans    d'autres    cas    on    vous    propose    de rajouter    ou    de    retirer    de    la    matière    composant    votre oreiller (graines, laine…)

Epaisseur de l'oreiller et position de sommeil

  L'oreiller     doit     s'adapter     à     votre     morphotype.     (largeur d'épaules, positonnement de la tête par rapport au buste)

Quelle forme et taille choisir ?

  Au   départ,   l'oreiller   n'existait   pas   tant   le   couchage   était   rudimentaire.   Le   coussin   est   apparu   le   premier   et jusqu'au   Moyen-âge,   il   servait   à   se   caler   dans   la   position   du   dormeur   assis.   En   effet,   à   cette   époque,   les   gens redoutaient   la   petite   mort   de   peur   d'avaler   leur   langue   en   dormant.   Au   siècle   des   lumières,   apparurent traversins   et   oreillers.   La   forme   originelle   de   l'oreiller   est   carrée. Autrefois   mis   comme   élément   de   décoration dans   la   parure   de   lit,   il   était   également   utilisé   pour   se   caler   les   reins   lors   des   lectures   du   soir   en   complément du   traversin.   Au   fil   du   temps,   on   a   vu   disparaître   le   traversin,   et   l'oreiller   carré   est   devenu   rectangulaire. L'oreiller   40/60   cm   s'est   alors   immiscé   dans   la   plupart   des   foyers   et   fut   adopté   avec   une   surprenante   rapidité. La   tendance   actuelle   est   aux   oreillers   anatomiques,   c'est-à-dire   préformés   dans   différents   types   et   qualités   de mousse   et   latex.   Ce   type   d'oreiller   est   intéressant   dans   la   mesure   où   il   soulage   véritablement   les   vertèbres cervicales,   mais   il   présente   néanmoins   un   inconvénient.   Si   l'oreiller   standard   se   forme,   se   déforme   et   se transforme   suivant   les   positions   du   dormeur,   l'oreiller   préformé   reste   dans   sa   forme   initiale.   C'est   pour   cette raison   qu'il   se   situe   plus   dans   la   catégorie   des   produits   médicalisés. A   l'instar   de   ces   oreillers,   il   en   existe   en mousse   polyuréthane   gélifiée   communément   appelée   «   mousse   à   mémoire   de   forme   ».   Dès   lors,   même   s'ils sont   préformés,   ces   oreillers   se   moulent   selon   la   chaleur   que   dégage   votre   cou.   Prenant   ainsi   la   forme correspondante à votre positionnement, ce type d'oreiller s'avère être une véritable coquille évolutive.

L'Oreiller pas éternel non plus !

  En   5   ans,   votre   oreiller   aura   absorbé,   puis   restitué   dans   l'atmosphère   de   votre   chambre,   des   dizaines,   voire   des   centaines   de   litres   de   sueur   !.   Mais   les   sels   et   autres métabolites y demeureront; alors n'est-il pas temps de changer votre oreiller ? Il   faut   savoir   également   que   les   enfants   transpirent   beaucoups   par   la   tête   durant   leur   sommeil,   phénomène   directement   lié   à   la   grande   activié   de   leur   métabolisme   : croissance   oblige   !   A   cet   égard,   on   conseillera   un   oreiller   constitué   de   matières   capables   non   seulement   d'absorber   la   sueur,   mais   également   susceptible   de   l'évacuer durant la nuit: donc éviter le coton, la plume et les mousses à cellules fermées. N'oublions   pas   non   plus   que   si   l'oreiller   vieillit,   le   corps   change   également.   Au   fil   des   ans,   ses   besoins   en   matiére   de   soutien   de   la   zone   cervicale   auront   eux   aussi beaucoup évolué.

Cet oreiller est-il bon pour moi ?

  Combien   de   fois,   l'ergodynamicien   se   trouve   confronté   à   cette   question!   Mais   la   réponse,   seul,   votre   corps   la   détient.   L'ergodynamicien   est   là   pour   vous   proposer   une gamme   sérieuse,   et   vous   accompagner   dans   le   choix   de   votre   oreiller.   Mais   au   final,   c'est   votre   corps   qu'il   faut   laisser   parler,   c'est   lui   qui,   dans   son   langage   sensitif,   vous donnera la réponse tant attendue.

Quelle matière choisir ?

  La   matière   de   votre   oreiller,   qu'il   s'agisse   de   plume, duvet,    latex,    coton,    laine,    soie,    mousse,    liège    ou encore   de   graines   végétales   est   à   déterminer   à   votre entière     convenance.     Essayez     différents     modèles d'oreiller   et   laissez   votre   corps   choisir.   Les   différentes matières   possibles   conduisent   à   une   grande   variété   de résilience.    (Résilience    :    faculté    pour    une    forme    de retrouver       son       volume       d'origine       malgré       des écrasements   successifs).   On   distingue   la   basse   et   la haute   résilience.   La   «   basse   résilience   »   (mousse   à mémoire    de    forme)    qui    correspond    à    une    lente adaptation    de    l'oreiller    aux    diverses    positions    de    la tête,   s'avère   préférable.   Ce   suivi   progressif   assure   un excellent      confort      aux      cervicales.      Les      matières viscoélastiques     confèrent     cet     amortissement     en douceur.   L'oreiller   s'adapte   à   votre   tête   sous   l'effet   du poids   et   de   la   chaleur   de   celle-ci.   L'oreiller   ne   fait   plus qu'un   avec   votre   tête.   Petit   indice,   pour   obtenir   ce   haut niveau   de   performance,   il   faut   disposer   d'une   densité de    60/80    kg/m3.Les    oreillers    composés    de    graines (épeautre,   millet,   sarrasin…)   sont   des   oreillers,   très   « présents     »     et     même     bruyants.     Ils     sont     donc particulièrement      déconseillés      aux      individus      très sensibles      au      bruit      et      dont      le      sommeil      est particulièrement   léger.   Dans   ces   cas   bien   particuliers, ces     matières,     malgré     leur     composition     naturelle peuvent   être   ressenties   comme   agressives.Par   contre, la   laine,   la   plume   et   le   duvet   aboutissent   à   un   résultat calmant     et     soporifique.     Précisons     que     la     laine contribue    à    la    régularité    thermique    du    couchage    et permet   de   profiter   d'un   maintien   de   la   tête,   à   la   bonne température,   été   comme   hiver.   En   période   de   chaleur, un   tel   matériau   apporte   une   sensation   de   fraîcheur   et   à l'inverse,   en   période   de   froid,   une   sensation   de   chaleur à    la    seule    condition,    que    la    laine    n'ait    pas    été dégraissée.Il   n'y   a   pas   que   la   matière   qui   compte   mais également la manière dont elle est travaillée.
On   peut   ainsi   parvenir   à   différents   degrés   de   densité et    de    fermeté    avec    le    même    matériau.    En    règle générale,   l'oreiller   ne   doit   être   ni   trop   dur,   ni   trop   mou, afin   d'éviter   absolument   les   pressions.   Il   doit   participer à   la   détente   du   corps   et   plus   particulièrement   de   la nuque.Si    la    sensation    que    nous    désirons    obtenir demeure    éminemment    subjective,    il    n'en    reste    pas moins   vrai   que   les   personnes   souffrant   des   vertèbres cervicales       auront       tout       intérêt       à       s'orienter prioritairement    vers    des    oreillers    conçus    autour    de matériaux   de   synthèse   aux   performances   de   maintien beaucoup   plus   affirmées,   et   fermes.   Au   sujet   de   ces matières    de    synthèse,    une    certaine    vigilance    est indispensable.   L'Holofil,   par   exemple,   résiste   mal   au lavage   et   après   deux   ou   trois   allers-retours   dans   votre lave    linge,    votre    oreiller    ne    vous    sera    plus    très profitable!     Plutôt     gênant     vous     en     conviendrez     ! Attention       cependant,       beaucoup       d'oreillers       en matériaux    naturels    sont    «    morts    ».    Ils    se    sont littéralement    asphyxiés    puisqu'ils    n'ont    jamais    été correctement   aérés.   Car   il   faut   veiller   à   bien   faire   « prendre   l'air   »   à   nos   oreillers,   à   ouvrir   les   taies,   si   elles sont   munies   d'une   fermeture   glissière   ,   afin   de   faire respirer   leur   contenu,   et   lui   faire   profiter   de   la   lumière. Cette   opération   que   nous   vous   recommandons,   est   à conduire   une   fois   par   mois,   du   moins   une   fois   par saison.   Extraire   la   matière   constitutive   offre   également la   possibilité   de   régler   l'épaisseur   et   le   moelleux   de son   oreiller,   réglages   qui   aboutissent   à   une   meilleure posture   de   la   tête   par   rapport   à   l'épaule   lorsque   l'on est   couché.   Au   fond,   s'acheter   un   oreiller   en   matière naturelle,    tout    en    sachant    pertinemment    que    l'on n'aura   jamais   le   «   courage   »   d'en   assurer   l'entretien, revient   finalement   à   faire   l'acquisition   d'un   oreiller   déjà mort     !     Un     oreiller     en     synthétique     devient     alors malheureusement     préférable.     Ceci     dit,     ne     nous leurrons     pas     :     les     oreillers     synthétiques     réputés lavables   (Holophille,   Qualophile)   ne   résistent   pas   au lavage.

Une position favorite pour dormir ?

  Vous   dormez   sur   le   dos   ?   Un   simple   «   cale   nuque   » peut   suffire.   Sinon,   opter   pour   un   oreiller   qui   assure une   bonne   horizontalité   suivant   votre   morphotype   afin d'éviter   l'effet   «   rentrée   du   menton   »   et   les   excès   de tensions   au   niveau   du   cou.   Vous   dormez   sur   le   ventre ?     Vous     aurez     tout     intérêt     à     choisir     un     oreiller malléable    afin    de    ne    pas    forcer    les    cambrures cervicales   et   lombaires   durant   le   sommeil   et   limiter l'ankylose   au   niveau   des   bras.   Vous   dormez   sur   le côté   ?   Prenez   un   oreiller   suffisamment   épais   de   telle sorte   que   la   nuque   soit   dans   le   prolongement   du   reste de    la    colonne.    Vérifier    également    la    matière    qui constitue   l'oreiller.   Cela   vous   permettra   de   prendre   en compte    l'affaissement    et    de    connaître    la    fermeté réelle   de   l'oreiller   et   celle   de   votre   literie.   Pour   bébé, l'oreiller    n'est    pas    une    nécessité    dès    lors    que    le couffin   possède   un   matelas   assez   ferme.   Sachez   qu'il existe   dans   le   domaine   de   la   puériculture   des   oreillers «    anti-tête    plate    »    pour    les    nourrissons    ayant    une tendance   à   ne   dormir   que   sur   le   dos.   En   revanche, force   est   de   constater   qu'il   n'existe   pour   le   moment que    très    peu    d'oreillers    adaptés    aux    besoins    des jeunes    enfants.    Au    sein    d'une    offre    extrêmement large,   il   n'est   pas   toujours   facile   de   faire   son   choix.   Le seul   qui   peut   vous   aider   dans   votre   décision   finale   est votre   corps.   Si   vous   vous   trouvez   en   période   de   crise de   lumbago   ou   de   rhumatismes,   reportez   à   plus   tard vos     essais     des     différents     oreillers.     Toutes     les explications   techniques   sur   le   produit   ne   sont   là   que pour    vous    donner    davantage    de    renseignements. Mais   votre   ressenti   physique   est   l'outil   indispensable pour   guider   votre   choix.   Vous   comprendrez   dès   lors qu'essayer   un   oreiller   en   le   tâtant   avec   la   main   soit d'une   absurdité   déconcertante   !   Au   mieux   cela   vous renseigne    vaguement    sur    la    sensation    de    contact. Dans   le   cas   d'une   envie   personnelle,   veillez   à   laisser votre   corps   choisir   et   à   bien   ressentir   vos   sensations au   moment   de   l'essai   de   votre   produit.   Si   par   la   suite votre     corps     manifeste     une     certaine     lassitude, n'hésitez pas à vous en séparer momentanément.

Un oreiller ou des oreillers ?

  Nous     disposons     en     général     d'un     seul     oreiller. Toutefois,    disposer    de    deux    ou    trois    oreillers    peut constituer   une   excellente   alternative,   on   peut   ainsi changer    d'oreiller    au    gré    des    envies,    selon    les saisons,     les     tensions     du     crâne,     les     sensations différentes   de   matière…   On   peut   donc   avoir   toute une    batterie    d'oreillers    à    disposition,    de    tailles,    de formes     et     de     matières     différentes.     Avis     aux collectionneurs   !   Gardez   simplement   à   l'esprit   que   le ou    les    oreillers    prennent    tout    leur    intérêt    et    leurs bienfaits    en    complément    d'un    ensemble    sommier- matelas-sur matelas bien spécifique .

Que font les bras durant la nuit ?

  Les     bras     ont     un     rôle     important     dans     la     détente corporelle        nocturne.        En        effet,        selon        leurs positionnements   successifs,   différentes   parties   du   corps pourront     tour     à     tour     se     décharger     des     tensions physiques accumulées.   Oreiller et auto-massage   L'ensemble    des    mouvements    effectués    par    le    corps durant   la   nuit   peut   s'assimiller   a   un   vaste   automassage. A   cet   égard,   autant   la   forme   que   la   matière   de   l'oreiller contribue   à   la   qualité   du   massage   des   cervicales   et   des os crâniens.

Oreiller inadapté : DANGER

  Si   l'ergodynamicien   n'a   pas   pour   habitude   de   donner dans   le   catastrophique,   il   se   doit   cependant   d'insister sur     les     problèmes     qui     résultent     de     l'utilisation prolongée   d'un   oreiller   inapproprié.   Outre   les   tensions ligamentaires     et     musculaires     qu'occasionne     un oreiller   inadapté,   il   influence   grandement   la   qualité   du sommeil.   On   peut   dans   certains   cas   voir   dès   lors apparaître     des     troubles     de     l'attention     et     de     la vigilance.

Polochons et traversins:

  «   Polochon   »   égale   …bataille   de   polochons   !   Oui,   certes   !   Mais   plus   sérieusement, sachez   que   ce   très   populaire   polochon   est   tout   simplement   notre   bon   vieux   traversin national.    Le    terme    «    polochon    »    trouve    son    origine    dans    un    mot    néerlandais    qui signifie…traversin   !Le   Robert   penche   pour   une   autre   étymologie   en   provenance   de l'ancien   français,   «   pouloucel   »   dont   le   sens   est   «   petit   oiseau   ».   Terme   tout   à   fait charmant   qui   nous   renseigne   sur   la   matière   du   rembourrage.   Polochon   ou   traversin,   il s'agira   toujours   d'un   coussin   de   forme   cylindrique   d'environ   20   cm   de   diamètre   pour   une longueur de 90, 140 ou 160 cm.

Cale tête et cale nuque:

  Ce    sont    des    cousins    de    l'oreiller,    à    usage    d'agrément    personnel    ou    de    nécessité thérapeutique que l'on peut utiliser de façon ponctuelle ou régulière.

Oreillers

L'oreiller n'est pas un simple accessoire de votre literie, 

pourtant il est l'objet auquel tout le monde pense en dernier.

C'est le parent pauvre de l'univers du sommeil, alors attention ! la dysomnie vous guette. Ah   comme   l'oreiller   peut   devenir   un   véritable   casse-tête   !   Casse-tête   à   choisir   car   le   choix   n'est   pas   toujours   facile   et casse-tête   à   vivre   car   un   mauvais   achat   maltraite   vos   cervicales   et   peut   même   engendrer   de   terribles   maux   de   tête ... qui finalement vous cassent la tête ! En   parfaite   synergie   avec   un   bon   lit,   le   véritable   oreiller   va   placer   la   tête   du   dormeur   pendant   son   sommeil,   et   ce positionnement   va   à   son   tour   conditionner   la   posture   de   l'ensemble   de   la   colonne   vertébrale,   du   bassin,   des   jambes et   des   pieds.   Ainsi,   un   bon   oreiller   permet   le   déroulement   complet   du   corps,   et   favorise   en   définitive,   une   bonne détente musculaire. Disposer d'un bon oreiller est une condition indispensable au sommeil de qualité. Le   «   bon   »   oreiller,   ni   trop   dur,   ni   trop   mou,   se   choisit   donc   en   fonction   d'un   ensemble   de   critères   objectifs   et mesurables : - Le sexe - L'âge (la rigidité du corps s'accroît à partir de la cinquantaine par exemple) - La morphologie (nuque et épaules principalement) - Le type de position privilégiée pour dormir - Le type de sommeil (profond, très léger, etc.) - L'hygrométrie et la température ambiante de la chambre - La sensibilité aux matières. -   Et   bien   évidemment,   le   type   de   literie   (Matelas,   sommier   et   parfois sur-matelas auquel l'oreiller va être coordonné) Car l'ergodynamicien ne se concentre pas uniquement sur l'oreiller, il s'intéresse au système de couchage dans son ensemble. Un   système   trop   mou,   par   exemple,   aura   tendance   à   laisser   le   buste s'enfoncer dans le matelas et à tirer sur la nuque.
Nos Solutions au mal de dos
background head
entête
Philosophie VEPI Menu

S'allonger pour tester

  Un   oreiller   ne   s'achète   pas   sur   une   vague   sensation   du   toucher   de   la   main et   encore   moins   par   correspondance.   Il   faut   s'allonger,   essayer   différents modèles   sous   sa   tête,   et   être   attentif   aux   signaux   qu'envoie   le   corps.   Donc attention,   l'oreiller   universel   n'existe   pas.   Le   confort   apporté   par   un   oreiller reste quelque chose de très personnel. Pour      l'ergodynamicien,      l'oreiller      remplit      trois      grandes      missions complémentaires : 1 Soutenir les vertèbres cervicales en accompagnant leurs courbures naturelles. 2 Maintenir la   nuque   et   plus   globalement,   participer   au   maintien   de   l'ensemble   de   la colonne   vertébrale   conditionnant   l'équilibre   du   corps   durant   la   nuit   (Cette dynamique   étant   assurée   par   les   chaussures   durant   le   jour).   Il   participe donc   à   décomprimer   la   colonne   et   même   à   alléger   la   globalité   du   corps durant le sommeil. 3 Apporter du confort lors   de   la   prise   en   main.   Un   oreiller   doux   et   agréable   vous   mettra   dans   de bonnes   dispositions   pour   vous   glisser   dans   votre   lit.   Un   bon   oreiller   doit savoir se faire oublier. Du    point    de    vue    pratique,    il    s'avère    toujours    profitable    de    se    poser    3 questions au moment du choix d'un nouvel oreiller : - Quelle épaisseur ? - Quelle forme ? - Quelle matière ? Dans   l'absolu,   il   n'y   a   ni   bon   ni   mauvais   oreiller.   C'est   une   fois   de   plus   à   son propre   corps   qu'il   faut   laisser   le   soin   de   décider.   Il   s'agit   donc   d'un   choix totalement   personnel,   à   la   fois   objectif   et   subjectif   et   qui   doit   échapper   au piège du marketing…

Quelle épaisseur ?

  S'il   est   important   de   bien   choisir   la   forme   et   la matière   constitutive   de   son   oreiller,   le   choix de    son    épaisseur    s'avère    primordial.    Les facteurs     à     prendre     en     compte     sont     la morphologie     de     l'utilisateur,     sa     position préférée    de    couchage    et    la    fermeté    de    la literie. Nombre   d'oreillers   modernes   sont   en   réalité beaucoup    trop    épais    et    peuvent    entraîner des   problèmes   de   ronflements.   Au   sein   des gammes    élaborées    avec    sérieux,    il    existe généralement   4   épaisseurs   d'oreillers.   Cette proposition   permettant   de   faire   un   choix   plus pertinent     correspondant     à     nos     propres besoins : Petit    modèle    (8    cm    d'épaisseur),    modèle moyen   (10   cm),   épais   (12   cm)   et   très   épais (14 cm). Ces     deux     derniers     modèles     étant     plus indiqués     pour     la     gent     masculine.     Dans d'autres   cas   on   vous   propose   de   rajouter   ou de    retirer    de    la    matière    composant    votre oreiller (graines, laine…)

Epaisseur de l'oreiller et position de sommeil

  L'oreiller     doit     s'adapter     à     votre     morphotype.     (largeur d'épaules, positonnement de la tête par rapport au buste)

Quelle forme et taille choisir ?

  Au    départ,    l'oreiller    n'existait    pas    tant    le    couchage    était    rudimentaire.    Le coussin   est   apparu   le   premier   et   jusqu'au   Moyen-âge,   il   servait   à   se   caler dans    la    position    du    dormeur    assis.    En    effet,    à    cette    époque,    les    gens redoutaient   la   petite   mort   de   peur   d'avaler   leur   langue   en   dormant.   Au   siècle des   lumières,   apparurent   traversins   et   oreillers.   La   forme   originelle   de   l'oreiller est   carrée. Autrefois   mis   comme   élément   de   décoration   dans   la   parure   de   lit,   il était   également   utilisé   pour   se   caler   les   reins   lors   des   lectures   du   soir   en complément du traversin. Au   fil   du   temps,   on   a   vu   disparaître   le   traversin,   et   l'oreiller   carré   est   devenu rectangulaire.   L'oreiller   40/60   cm   s'est   alors   immiscé   dans   la   plupart   des foyers   et   fut   adopté   avec   une   surprenante   rapidité.   La   tendance   actuelle   est aux    oreillers    anatomiques,    c'est-à-dire    préformés    dans    différents    types    et qualités de mousse et latex. Ce   type   d'oreiller   est   intéressant   dans   la   mesure   où   il   soulage   véritablement les    vertèbres    cervicales,    mais    il    présente    néanmoins    un    inconvénient.    Si l'oreiller   standard   se   forme,   se   déforme   et   se   transforme   suivant   les   positions du   dormeur,   l'oreiller   préformé   reste   dans   sa   forme   initiale.   C'est   pour   cette raison qu'il se situe plus dans la catégorie des produits médicalisés. A    l'instar    de    ces    oreillers,    il    en    existe    en    mousse    polyuréthane    gélifiée communément   appelée   «   mousse   à   mémoire   de   forme   ».   Dès   lors,   même s'ils   sont   préformés,   ces   oreillers   se   moulent   selon   la   chaleur   que   dégage votre   cou.   Prenant   ainsi   la   forme   correspondante   à   votre   positionnement,   ce type d'oreiller s'avère être une véritable coquille évolutive.

L'Oreiller pas éternel non plus !

  En   5   ans,   votre   oreiller   aura   absorbé,   puis   restitué   dans   l'atmosphère   de votre   chambre,   des   dizaines,   voire   des   centaines   de   litres   de   sueur   !.   Mais les   sels   et   autres   métabolites   y   demeureront;   alors   n'est-il   pas   temps   de changer votre oreiller ? Il   faut   savoir   également   que   les   enfants   transpirent   beaucoups   par   la   tête durant   leur   sommeil,   phénomène   directement   lié   à   la   grande   activié   de   leur métabolisme   :   croissance   oblige   !   A   cet   égard,   on   conseillera   un   oreiller constitué   de   matières   capables   non   seulement   d'absorber   la   sueur,   mais également   susceptible   de   l'évacuer   durant   la   nuit:   donc   éviter   le   coton,   la plume et les mousses à cellules fermées. N'oublions   pas   non   plus   que   si   l'oreiller   vieillit,   le   corps   change   également. Au   fil   des   ans,   ses   besoins   en   matiére   de   soutien   de   la   zone   cervicale auront eux aussi beaucoup évolué.

Cet oreiller est-il bon pour moi ?

  Combien   de   fois,   l'ergodynamicien   se   trouve   confronté   à   cette   question!   Mais la   réponse,   seul,   votre   corps   la   détient.   L'ergodynamicien   est   là   pour   vous proposer   une   gamme   sérieuse,   et   vous   accompagner   dans   le   choix   de   votre oreiller.   Mais   au   final,   c'est   votre   corps   qu'il   faut   laisser   parler,   c'est   lui   qui, dans son langage sensitif, vous donnera la réponse tant attendue.

Quelle matière choisir ?

  La   matière   de   votre   oreiller,   qu'il   s'agisse   de   plume,   duvet,   latex,   coton, laine,   soie,   mousse,   liège   ou   encore   de   graines   végétales   est   à   déterminer   à votre entière convenance. Essayez    différents    modèles    d'oreiller    et    laissez    votre    corps    choisir.    Les différentes   matières   possibles   conduisent   à   une   grande   variété   de   résilience. (Résilience    :    faculté    pour    une    forme    de    retrouver    son    volume    d'origine malgré   des   écrasements   successifs).   On   distingue   la   basse   et   la   haute résilience.    La    «    basse    résilience    »    (mousse    à    mémoire    de    forme)    qui correspond   à   une   lente   adaptation   de   l'oreiller   aux   diverses   positions   de   la tête, s'avère préférable. Ce   suivi   progressif   assure   un   excellent   confort   aux   cervicales.   Les   matières viscoélastiques   confèrent   cet   amortissement   en   douceur.   L'oreiller   s'adapte à   votre   tête   sous   l'effet   du   poids   et   de   la   chaleur   de   celle-ci.   L'oreiller   ne   fait plus qu'un avec votre tête. Petit   indice,   pour   obtenir   ce   haut   niveau   de   performance,   il   faut   disposer d'une   densité   de   60/80   kg/m3.Les   oreillers   composés   de   graines   (épeautre, millet,   sarrasin…)   sont   des   oreillers,   très   «   présents   »   et   même   bruyants.   Ils sont   donc   particulièrement   déconseillés   aux   individus   très   sensibles   au   bruit et   dont   le   sommeil   est   particulièrement   léger.   Dans   ces   cas   bien   particuliers, ces    matières,    malgré    leur    composition    naturelle    peuvent    être    ressenties comme agressives. Par   contre,   la   laine,   la   plume   et   le   duvet   aboutissent   à   un   résultat   calmant   et soporifique.   Précisons   que   la   laine   contribue   à   la   régularité   thermique   du couchage    et    permet    de    profiter    d'un    maintien    de    la    tête,    à    la    bonne température, été comme hiver. En   période   de   chaleur,   un   tel   matériau   apporte   une   sensation   de   fraîcheur   et à    l'inverse,    en    période    de    froid,    une    sensation    de    chaleur    à    la    seule condition,   que   la   laine   n'ait   pas   été   dégraissée.I   l   n'y   a   pas   que   la   matière qui compte mais également la manière dont elle est travaillée.
On   peut   ainsi   parvenir   à   différents   degrés   de   densité   et   de   fermeté   avec   le même   matériau.   En   règle   générale,   l'oreiller   ne   doit   être   ni   trop   dur,   ni   trop mou,   afin   d'éviter   absolument   les   pressions.   Il   doit   participer   à   la   détente   du corps et plus particulièrement de la nuque. Si   la   sensation   que   nous   désirons   obtenir   demeure   éminemment   subjective, il   n'en   reste   pas   moins   vrai   que   les   personnes   souffrant   des   vertèbres cervicales   auront   tout   intérêt   à   s'orienter   prioritairement   vers   des   oreillers conçus   autour   de   matériaux   de   synthèse   aux   performances   de   maintien beaucoup   plus   affirmées,   et   fermes.   Au   sujet   de   ces   matières   de   synthèse, une certaine vigilance est indispensable. L'Holofil,   par   exemple,   résiste   mal   au   lavage   et   après   deux   ou   trois   allers- retours   dans   votre   lave   linge,   votre   oreiller   ne   vous   sera   plus   très   profitable! Plutôt    gênant    vous    en    conviendrez    !    Attention    cependant,    beaucoup d'oreillers   en   matériaux   naturels   sont   «   morts   ».   Ils   se   sont   littéralement asphyxiés   puisqu'ils   n'ont   jamais   été   correctement   aérés.   Car   il   faut   veiller   à bien   faire   «   prendre   l'air   »   à   nos   oreillers,   à   ouvrir   les   taies,   si   elles   sont munies   d'une   fermeture   glissière   ,   afin   de   faire   respirer   leur   contenu,   et   lui faire profiter de la lumière. Cette   opération   que   nous   vous   recommandons,   est   à   conduire   une   fois   par mois,   du   moins   une   fois   par   saison.   Extraire   la   matière   constitutive   offre également   la   possibilité   de   régler   l'épaisseur   et   le   moelleux   de   son   oreiller, réglages   qui   aboutissent   à   une   meilleure   posture   de   la   tête   par   rapport   à l'épaule lorsque l'on est couché. Au    fond,    s'acheter    un    oreiller    en    matière    naturelle,    tout    en    sachant pertinemment   que   l'on   n'aura   jamais   le   «   courage   »   d'en   assurer   l'entretien, revient   finalement   à   faire   l'acquisition   d'un   oreiller   déjà   mort   !   Un   oreiller   en synthétique   devient   alors   malheureusement   préférable.   Ceci   dit,   ne   nous leurrons    pas    :    les    oreillers    synthétiques    réputés    lavables    (Holophille, Qualophile) ne résistent pas au lavage.

Une position favorite pour dormir ?

  Vous   dormez   sur   le   dos   ?   Un   simple   «   cale   nuque   »   peut   suffire.   Sinon, opter    pour    un    oreiller    qui    assure    une    bonne    horizontalité    suivant    votre morphotype    afin    d'éviter    l'effet    «    rentrée    du    menton    »    et    les    excès    de tensions   au   niveau   du   cou.   Vous   dormez   sur   le   ventre   ?   Vous   aurez   tout intérêt   à   choisir   un   oreiller   malléable   afin   de   ne   pas   forcer   les   cambrures cervicales   et   lombaires   durant   le   sommeil   et   limiter   l'ankylose   au   niveau   des bras. Vous dormez sur le côté ? Prenez   un   oreiller   suffisamment   épais   de   telle   sorte   que   la   nuque   soit   dans le   prolongement   du   reste   de   la   colonne.   Vérifier   également   la   matière   qui constitue l'oreiller. Cela   vous   permettra   de   prendre   en   compte   l'affaissement   et   de   connaître   la fermeté   réelle   de   l'oreiller   et   celle   de   votre   literie.   Pour   bébé,   l'oreiller   n'est pas   une   nécessité   dès   lors   que   le   couffin   possède   un   matelas   assez   ferme. Sachez   qu'il   existe   dans   le   domaine   de   la   puériculture   des   oreillers   «   anti- tête   plate   »   pour   les   nourrissons   ayant   une   tendance   à   ne   dormir   que   sur   le dos. En   revanche,   force   est   de   constater   qu'il   n'existe   pour   le   moment   que   très peu   d'oreillers   adaptés   aux   besoins   des   jeunes   enfants.   Au   sein   d'une   offre extrêmement   large,   il   n'est   pas   toujours   facile   de   faire   son   choix.   Le   seul   qui peut   vous   aider   dans   votre   décision   finale   est   votre   corps.   Si   vous   vous trouvez   en   période   de   crise   de   lumbago   ou   de   rhumatismes,   reportez   à   plus tard   vos   essais   des   différents   oreillers.   Toutes   les   explications   techniques sur     le     produit     ne     sont     là     que     pour     vous     donner     davantage     de renseignements. Mais   votre   ressenti   physique   est   l'outil   indispensable   pour   guider   votre   choix. Vous   comprendrez   dès   lors   qu'essayer   un   oreiller   en   le   tâtant   avec   la   main soit    d'une    absurdité    déconcertante    !    Au    mieux    cela    vous    renseigne vaguement sur la sensation de contact. Dans   le   cas   d'une   envie   personnelle,   veillez   à   laisser   votre   corps   choisir   et   à bien   ressentir   vos   sensations   au   moment   de   l'essai   de   votre   produit.   Si   par la   suite   votre   corps   manifeste   une   certaine   lassitude,   n'hésitez   pas   à   vous   en séparer momentanément.

Un oreiller ou des oreillers ?

  Nous   disposons   en   général   d'un   seul   oreiller.   Toutefois,   disposer   de   deux   ou trois    oreillers    peut    constituer    une    excellente    alternative,    on    peut    ainsi changer   d'oreiller   au   gré   des   envies,   selon   les   saisons,   les   tensions   du crâne, les sensations différentes de matière… On   peut   donc   avoir   toute   une   batterie   d'oreillers   à   disposition,   de   tailles,   de formes et de matières différentes. Avis   aux   collectionneurs   !   Gardez   simplement   à   l'esprit   que   le   ou   les   oreillers prennent   tout   leur   intérêt   et   leurs   bienfaits   en   complément   d'un   ensemble sommier-matelas-sur matelas bien spécifique .

Que font les bras durant la nuit ?

  Les   bras   ont   un   rôle   important   dans   la   détente   corporelle   nocturne.   En   effet, selon     leurs     positionnements     successifs,     différentes     parties     du     corps pourront tour à tour se décharger des tensions physiques accumulées.   Oreiller et auto-massage   L'ensemble   des   mouvements   effectués   par   le   corps   durant   la   nuit   peut s'assimiller   a   un   vaste   automassage.   A   cet   égard,   autant   la   forme   que   la matière   de   l'oreiller   contribue   à   la   qualité   du   massage   des   cervicales   et   des os crâniens.

Oreiller inadapté : DANGER

  Si     l'ergodynamicien     n'a     pas     pour     habitude     de     donner     dans     le catastrophique,    il    se    doit    cependant    d'insister    sur    les    problèmes    qui résultent    de    l'utilisation    prolongée    d'un    oreiller    inapproprié.    Outre    les tensions   ligamentaires   et   musculaires   qu'occasionne   un   oreiller   inadapté,   il influence   grandement   la   qualité   du   sommeil.   On   peut   dans   certains   cas   voir dès lors apparaître des troubles de l'attention et de la vigilance.

Polochons et traversins:

  «    Polochon    »    égale    …bataille    de    polochons    !    Oui,    certes    !    Mais    plus sérieusement,   sachez   que   ce   très   populaire   polochon   est   tout   simplement notre   bon   vieux   traversin   national.   Le   terme   «   polochon   »   trouve   son   origine dans   un   mot   néerlandais   qui   signifie…traversin   !Le   Robert   penche   pour   une autre   étymologie   en   provenance   de   l'ancien   français,   «   pouloucel   »   dont   le sens   est   «   petit   oiseau   ».   Terme   tout   à   fait   charmant   qui   nous   renseigne   sur la   matière   du   rembourrage.   Polochon   ou   traversin,   il   s'agira   toujours   d'un coussin   de   forme   cylindrique   d'environ   20   cm   de   diamètre   pour   une   longueur de 90, 140 ou 160 cm.

Cale tête et cale nuque:

  Ce    sont    des    cousins    de    l'oreiller,    à    usage    d'agrément    personnel    ou    de nécessité    thérapeutique    que    l'on    peut    utiliser    de    façon    ponctuelle    ou régulière.

Oreillers

Nos Solutions au mal de dos